L’AMT prône une transition juste et apaisée

L’AMT, association représentant les chauffeurs travaillant sous statut capacitaire (LOTI) a participé ce lundi 13/12/2017 à la réunion organisée au ministère des Transports à Paris au sujet de la mise en œuvre des dispositions de la loi Grandguillaume.

Différents syndicats et organisations liés au VTC ont également pris part à cette rencontre avec des représentants du cabinet de la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Bien qu’elle ait une fois tenu à signaler son désaccord vis-à-vis de certaines dispositions de cette loi, l’AMT a réitéré avoir pris acte de son application.

Pour l’AMT, la loi Grandguillaume est une loi de la République, et, en tant que telle, doit être respectée.

L’AMT a cependant tenu à sensibiliser une fois de plus le ministère des Transports via ses représentants sur le fait que la période de transition d’un an qui avait été accordée aux entreprises LOTI avait été amputée de près de six mois, du fait du retard observé dans la publication des décrets d’application de la loi, et pa1iant, dans la mise en place des disposi6fs d’organisation des examens professionnels VTC qui dépendaient de ces textes.

L’AMT a noté dans ce contexte une nette mobilisation des différents services concernés par ces examens, que ce soit les services du rpinistère des Transports ou les Chambres des métiers et de l’Altisanat (CMA) organisatrices des examens, pour proposer au plus vite des dates d’examens à tous les demandems.

Malheureusement, relève l’AMT, faire transiter vers le statut VTC près de 12 000 personnes travaillant sous statut LOTI s’est avéré particulièrement difficile en seulement six mois, que ce soit par la voie des équivalences ou par celle des examens.

L’AMT constate à ce propos qu’il ne reste désormais plus qu’une seule date d’examen avant l’entrée en vigueur de la loi Grandguillaume, celle du 19 décembre prochain. Et que les places pour cette session sont limitées alors que plusieurs milliers de chauffeurs sont toujours en attente d’une date d’examen.

Dans ce contexte, l’AMT a p1is bonne note des propos tenus vendredi dernier par la ministre des Transpo1is laquelle a laissé entendre qu’un délai de trois mois sera accordé à ceu? des chauffeurs travaillant sous statut LOTI qui auront entrepris des démarches pour se confonner à la loi avant le 31 décembre.

Sur le même plan, l’AMT rappelle une fois de plus que plusieurs chauffeurs remplissant toutes les conditions pour obtenir la carte VTC ont déposé leurs dossiers en préfecture et sont toujours en attente d’une réponse.

L’AMT estime qu’il serait illogique de demander à ces chauffeurs d’arrêter de travailler au l cr janvier 2018, en attendant de se voir délivTer leurs cartes professionnelles.

Pour ce qui est des entreprises LOTI lesquelles emploient des chauffeurs, l’AMT estime qu’il est à la fois important et urgent de les aider à transiter en douce letu·s effectifs vers le statut YTC.

L’AMT rappelle la fragilité de ces entrep1ises dans le contexte actuel, eu égard entre autre à leur exposition financière, leurs crédits véhicules à eux seuls étant estimés à plus de 550 millions d’euros.

Un paramètre estime l’AMT, à prendre en compte avant l’entrée en vigueur de la loi Grandguillaume.

Charles NAHMIAS

Directeur des Opérations de I ‘AMT

laisser un commentaire